michel maxime egger

Détenteur d’un master en sociologie de l’Université de Neuchâtel (1981), Michel Maxime Egger accomplit depuis plus de vingt ans un travail de plaidoyer pour le développement durable et des relations Nord-Sud plus équitables: de 1993 à 2002 à Pain pour le prochain, puis à Alliance Sud (communauté de travail des grandes organisations d’entraide suisses), dont il a fait partie du comité de direction. En août 2016, il a rejoint Pain pour le prochain avec pour mission de créer un développer un laboratoire de la transition intérieure, dans l'interface entre la société civile et les milieux d'Eglise.

Il a fondé le réseau Trilogies (www.trilogies.org) en 2004, qu’il anime depuis lors pour mettre en dialogue traditions spirituelles, quêtes de sens, écologie et grands enjeux socio-économiques de notre temps. Il donne également des conférences sur ces thèmes.

Sa préoccupation centrale est la question écologique, qu'il aborde de manière intégrale (et non intégriste) en tentant d'articuler les dimensions intérieure et extérieure, individuelle et collective. Sa conviction est que, tout nécessaire qu'elle soit, l'écologie extérieure faite de normes internationales, de lois, de technologies vertes et d'écogestes au quotidien ne suffit pas, car elle ne va pas à la racine des problèmes. Un changement de paradigme est la seule solution réaliste, fondée sur un dépassement des dualismes, une mise en boucle de la transformation de soi et de la transformation du monde. Une mutation à la fois spirituelle et politique portée par une nouvelle manière de s'engager: le méditant-militant.

Il a consacré trois ouvrages à cette recherche:

Dans cette même perspective, depuis le début de 2014, il codirige avec Philippe Roch la collection Fondations écologiques aux éditions Labor et Fides.

En 2005, il a cofondé avec Lytta Basset La Chair et le Souffle, revue d’anthropologie et de spiritualité, publiée par la Faculté de théologie de l’Université de Neuchâtel en collaboration avec les Editions Novalis et Labor et Fides. Il a été membre du comité de rédaction jusqu'à la cessation de la revue en 2015.  Il a notamment dirigé plusieurs numéros thématiques: Vers une écospiritualité (direction et articles), vol. 3, no 1 + no 2, 2008; Changer pour vivre mieux, vol. 5, no 2, 2010; Voyage et déroute, Volume 9, no 1, 2014.

De confession orthodoxe, il a créé et dirigé les éditions Le Sel de la Terre, collection de spiritualité orthodoxe contemporaine publiée avec les Editions du Cerf (1992-2005). Il est l'auteur de Prier 15 jours avec Silouane (Nouvelle Cité, 2002).

Il a été journaliste entre 1981 et 1993 (L’Hebdo, Construire, etc.) et a collaboré jusqu’à ce jour à de nombreuses publications (Le Temps stratégique, Choisir, Nunc, Positif, etc.).

Il a participé à plusieurs ouvrages collectifs.

Plusieurs textes de Trilogies évoquent son chemin spirituel:

Conférences, émissions radio et TV

Pour retrouver des enregistrements d'inbterventions ainsi que des émissions radio et TV, aller soit sur la chaîne youtube consacrée à l'écospiritualité et l'écopsychologie, soit sur la page dédiée sur ce site, à voir et écouter.

Emissions radio

Bibliographie

Michel Maxime Egger a publié des centaines d'articles dans différents domaines. Il a écrit ou participé à la rédaction des ouvrages suivants:

Article(s) de cet auteur

15 mai 2008

Ecologie, spiritualité : la rencontre. Des sages visionnaires au chevet de la planète. C’est sous ce titre que les éditions Yves Michel publient les actes d’un important forum qui a eu lieu en octobre 2004 au Domaine d’Avalon (Savoie). Son objectif était d’établir les fondements d’une « nouvelle alliance » entre les différentes traditions religieuses et les mouvements écologiques au sens large.

19 fév 2008

Bergman est mort le 30 juillet 2007, mais il n’est pas trop tard pour lui rendre hommage. Peu de cinéastes on pénétré si loin dans le silence de Dieu et tenté, au-delà du miroir, de saisir la vérité nue de l’être et du visage à travers tous les masques – protecteurs et trompeurs – dont il se couvre.

19 fév 2008

Pour Bergman le démiurge, le monde est un théâtre, le théâtre un art du face-à-face avec soi-même, l'existence un jeu de rôles, le cinéma un moyen de traverser les apparences pour capter l'indicible mystère de la vie dans la profondeur du visage. Jusqu'à la révélation de l'amour, "seule forme convenable de sainteté, qui embrasse tout, même la mort".

19 fév 2008

Peu de cinéastes ont scruté l’âme humaine, ses cris(es) et chuchotements, d’une manière aussi pénétrante qu’Ingmar Bergman. Du Septième sceau (1956) au Silence (1962), le grand maître suédois a réglé ses comptes avec la religion et s’est confronté à la question de Dieu. Petit parcours sur cette période qui éclaire, comme en creux, la suite de ses mises en abîme introspectives.

10 fév 2008

Le cinéaste taïwanais Edward Yang est mort le 29 juin 2007. Figure de proue de la nouvelle vague formosane au début des années 1980, il a laissé derrière lui une œuvre singulière et rare. Petit bijou d’humanité sensible, Yi Yi nous plonge dans la simplicité de la vie et la complexité du monde.

10 fév 2008

Le cinéaste taïwanais Edward Yang a développé une œuvre très originale. Forts d’une esthétique de la fragmentation et de la transparence, ses sept longs métrages offrent la radiographie d’une société urbaine en crise, où le fossé entre modernité et tradition, mutations techno-économiques accélérées et évolution morale, a créé chez les êtres une profonde fêlure intérieure.

23 aoû 2007

Indissociable de la quête du pouvoir et de la richesse, la vitesse est constitutive de l'histoire de nos sociétés. A l'heure des nanotechnologies, elle atteint une limite qui met en jeu le devenir même de l'être humain, de la démocratie et du monde. Pour éviter la catastrophe, estime le philosophe Paul Virilio, nous avons besoin d'une véritable «économie politique de la vitesse».

13 juil 2007

On pourrait appliquer à la foi ce que l’apôtre Paul dit de la lettre et de l’esprit : « La foi fermée tue, la foi ouverte vivifie. » Vivre une foi ouverte est un impératif historique dans la situation actuelle de crise sociétale et de pluralisme interculturel. Sans une telle foi – qui s’enracine dans une tradition religieuse tout en la transcendant de l’intérieur – il ne saurait y avoir de vrai dialogue.

13 juil 2007

Le dernier document de la Congrégation vaticane pour la doctrine de la foi (10 juillet 2007) est révélateur. Le problème des Eglises et des institutions religieuses, c’est qu’elles absolutisent ce qui n’est que relatif en prenant leurs croyances pour la vérité alors qu’elles n’en sont et n’en seront jamais qu’une approximation. La racine de la division, du conflit et de la violence.

Pages