michel maxime egger

Détenteur d’un master en sociologie de l’Université de Neuchâtel (1981), Michel Maxime Egger accomplit depuis plus de vingt ans un travail de plaidoyer pour le développement durable et des relations Nord-Sud plus équitables: de 1993 à 2002 à Pain pour le prochain, puis à Alliance Sud (communauté de travail des grandes organisations d’entraide suisses), dont il a fait partie du comité de direction. En août 2016, il a rejoint Pain pour le prochain avec pour mission de créer un développer un laboratoire de la transition intérieure, dans l'interface entre la société civile et les milieux d'Eglise.

Il a fondé le réseau Trilogies (www.trilogies.org) en 2004, qu’il anime depuis lors pour mettre en dialogue traditions spirituelles, quêtes de sens, écologie et grands enjeux socio-économiques de notre temps. Il donne également des conférences sur ces thèmes.

Sa préoccupation centrale est la question écologique, qu'il aborde de manière intégrale (et non intégriste) en tentant d'articuler les dimensions intérieure et extérieure, individuelle et collective. Sa conviction est que, tout nécessaire qu'elle soit, l'écologie extérieure faite de normes internationales, de lois, de technologies vertes et d'écogestes au quotidien ne suffit pas, car elle ne va pas à la racine des problèmes. Un changement de paradigme est la seule solution réaliste, fondée sur un dépassement des dualismes, une mise en boucle de la transformation de soi et de la transformation du monde. Une mutation à la fois spirituelle et politique portée par une nouvelle manière de s'engager: le méditant-militant.

Il a consacré deux ouvrages à cette recherche. L'un à partir de la spiritualité, chrétienne en particulier: La Terre comme soi-même. Repères pour une écospiritualité (2012). L'autre à partir des profondeurs de la psyché humaine: Soigner l'esprit, guérir la Terre. Introduction à l'écopschologie (2015), les deux chez Labor et Fides. Dans cette même perspective, depuis le début de 2014, il codirige avec Philippe Roch la collection Fondations écologiques aux éditions Labor et Fides.

En 2005, il a cofondé avec Lytta Basset La Chair et le Souffle, revue d’anthropologie et de spiritualité, publiée par la Faculté de théologie de l’Université de Neuchâtel en collaboration avec les Editions Novalis et Labor et Fides. Il a été membre du comité de rédaction jusqu'à la cessation de la revue en 2015.  Il a notamment dirigé plusieurs numéros thématiques: Vers une écospiritualité (direction et articles), vol. 3, no 1 + no 2, 2008; Changer pour vivre mieux, vol. 5, no 2, 2010; Voyage et déroute, Volume 9, no 1, 2014.

De confession orthodoxe, il a créé et dirigé les éditions Le Sel de la Terre, collection de spiritualité orthodoxe contemporaine publiée avec les Editions du Cerf (1992-2005). Il est l'auteur de Prier 15 jours avec Silouane (Nouvelle Cité, 2002).

Il a été journaliste entre 1981 et 1993 (L’Hebdo, Construire, etc.) et a collaboré jusqu’à ce jour à de nombreuses publications (Le Temps stratégique, Choisir, Nunc, Positif, etc.).

Il a participé à plusieurs ouvrages collectifs.

Plusieurs textes de Trilogies évoquent son chemin spirituel:

Conférences, émissions radio et TV

Pour retrouver des enregistrements d'inbterventions ainsi que des émissions radio et TV, aller soit sur la chaîne youtube consacrée à l'écospiritualité et l'écopsychologie, soit sur la page dédiée sur ce site, à voir et écouter.

Emissions radio

Bibliographie

Michel Maxime Egger a publié des centaines d'articles dans différents domaines. Il a écrit ou participé à la rédaction des ouvrages suivants:

Article(s) de cet auteur

4 jan 2016

Le temps n’est plus à se lamenter, mais à faire des choix et oser espérer. C'est-à-dire résister, exercer notre pouvoir créatif en donnant libre cours à la puissance de désir et de vie qui vient de la source de notre être, nous ouvre à l’au-delà de nous-mêmes et nous oriente vers l’à-venir. Nahman de Braslav nous appelle à nous « souvenir de notre futur ». Celui-ci n’est pas une menace, mais une promesse.

23 déc 2015

Jean-Marie Pelt est né au ciel le 23 décembre 2015 à l’âge de 82 ans. Botaniste, grand amoureux de la nature et chrétien engagé, il fut jusqu’à son dernier souffle un ardent défenseur de la Création. Phare de l’écospiritualité, il aura été à sa manière, pour paraphraser le titre d'un de ses récents ouvrages, un « héros d’humanité » au service de la Terre.

20 déc 2015

Noël, fête de l'incarnation du Verbe par l'Esprit dans l'humain et le cosmos, c'est aussi la marche des mages qui suivent l’étoile qu’ils ont vu se lever à l’Orient. L'appel à accrocher sa vie à une étoile, c'est-à-dire à retrouver son Orient dans ces temps de désorientation, à se laisser guider par l'Essentiel qui gît au fond de notre cœur. Un chemin tendu entre la lucidité et l'espérance, qui va de commencement en commencement.

20 déc 2015

Pasolini préférait le «cinéma de poésie» au «cinéma de prose». Une manière paradoxale de célébrer la puissance du réel et de la vie dont il s'agit, par un art de la distanciation anti-naturaliste, de faire émerger la dimension sacrée et transcendante. Il n'hésite pas à bousculer le spectateur dans ses habitudes, dans l'espoir de l'amener à une prise de conscience salutaire sur ses aliénations.

29 nov 2015

Quelle est l’origine de notre relation déséquilibrée à la nature ? Pourquoi l’être humain, malgré tout son génie créatif, se comporte-t-il de manière si destructrice ? Une espèce qui s’obstine à dégrader le milieu naturel dont elle a besoin pour vivre dans la quête de chimères matérialistes et dans le déni de ce qu’elle fait, n’est-elle pas malade ?

29 nov 2015

40 ans après sa mort, ainsi qu’en témoigne le nombre d’émissions et publications, l’œuvre et la figure de Pasolini n’ont pas fini d’interpeller. « Force du passé » engagé dans la cité, il répondait aux aliénations du monde moderne par la recherche d’une vie primordiale, archaïque, irriguée par l'esprit du mythe.

22 nov 2015

Einstein disait qu'il est des problèmes qu'on ne peut résoudre sur le plan de conscience où ils ont été créés. C'est en particulier le cas de la crise écologique et climatique. Pour en sortir, tout nécessaire qu'elle soit, l'écologie extérieure à coup de normes internationales et de technologies ne suffira pas. Une métanoïa personnelle et collective est nécessaire.

10 nov 2015

Pasolini a été assassiné dans la nuit du 1er au 2 novembre 1975. L'avalanche de publications autour de sa figure et de son œuvre en témoigne : son art visionnaire et ses fulgurances hérétiques n’ont pas fini d’interpeller. Qu'aurait-il dit aujourd'hui face au déferlement du consumérisme et au vide de sens de nos sociétés, qui conduit des jeunes à épouser les causes plus barbares?

Pages